IMAGE - Flore
Flore

Contrôle écologique de l'herbe à poux


Une fois par année (fin juillet – début août), la Ville de Saint-Lazare procède à la vaporisation d’un produit de contrôle écologique de l’herbe à poux appelé Adios Ambros pour une durée approximative d’une semaine. Les opérations de contrôle des zones infestées tels les parcs, les terrains de jeux, les abords routiers et les pistes cyclables seront vaporisés à l’aide d’un produit 100 % naturel à faible impact environnemental, approuvé par Santé Canada. Ce produit n'engendre aucun effet négatif pour la santé publique, l'environnement et ne comporte aucun risque pour les personnes qui l’appliquent, ni pour celles qui visiteraient les sites traités. Il est tout à fait normal que le gazon jaunisse quelque peu. La situation reviendra à la normal après quelques semaines.

Herbes à poux
En venir à bout… avant août !

Nez bouché, yeux qui coulent et qui piquent, du mois d'août aux premières gelées, l'herbe à poux fait encore des victimes. Alors sans plus attendre, apprenons à identifier cette mauvaise herbe qui porte le nom latin d'Ambrosia artemisifolia. Une fois démasquée, il ne restera plus qu'à l'arracher.

À quoi ressemble cette plante annuelle, responsable de l'inconfortable rhume des foins ? Elle a plutôt l'allure inoffensive et s'apparente à presque n'importe quelle mauvaise herbe. Voilà donc son atout : savoir passer inaperçue!

La petite herbe à poux atteint une hauteur moyenne de 70 cm. Sa tige, couverte de poils, est surmontée de feuilles d'un vert grisâtre, minces et étroitement découpées. Elles sont opposées à la base et alternent dans le haut. Pendant les mois de juin et de juillet, la plante se garnit de petites fleurs vertes regroupées en forme d'épi au sommet des tiges. En août, la floraison éclate pour laisser s'envoler dans l'air des milliards de grains de pollen. Et voilà, le mal est fait!

Un habitat urbain
Pour éliminer l'herbe à poux, encore faut-il savoir où elle a élu domicile. L'indésirable favorise la vie en commun et s'épanouit en colonie, encouragée par les rayons du soleil.

La petite herbe à poux semble avoir un penchant pour les emprises de voies ferrées, le bord des trottoirs, les chantiers de construction, les terrains mal entretenus, un coin de terre dénudé où le calcium a brûlé la pelouse, dans un recoin du jardin où le sol a été remué. Elle pousse comme... une mauvaise herbe!

Des symptômes plutôt désagréables
Mine de rien, la petite herbe à poux cause beaucoup d'inconfort à plus de 17,5% de notre population. Son pollen provoque chez certains malchanceux une sévère réaction :

 · Irritation du nez
 · picotement de l'arrière-gorge
 · Éternuements à répétition
 · Yeux enflés et larmoyants
 · Congestion des sinus
 · Toux rauque allant jusqu'à l'asthme chronique pour certains

Problèmes de santé, coût social galopant engendré par les frais médicaux et l'absentéisme au travail, voilà quelques-unes des conséquences de ce phénomène qui mérite toute notre attention. Une solution radicale s'impose : enrayer le problème à la source en se débarrassant de la coupable!

L'herbe à poux ne présente aucun danger au toucher et peut donc être arrachée sans conséquence en tout temps. Et lorsqu'on apprend que la capacité de survie de ses graines dans le sol est de plus de 40 ans, on réalise l'importance de prendre tous les moyens nécessaires pour la faire disparaître aussitôt repérée.

En venir à bout... avant août!
Comment se défaire de cette plante détestable ? Le plus simple est encore de l'arracher. C'est facile à réaliser puisqu'elle possède un système de racine peu développé. Mais attention!
Il faut absolument effectuer l'opération en juin ou en juillet au plus tard, c'est-à-dire avant la floraison.

Entretenir régulièrement sa pelouse. La tondre uniformément principalement en bordure du terrain en s'assurant de garnir les coins dénudés, voilà autant de moyens de prévenir l'apparition de cette mauvaise herbe.

Même si l'arrachage demeure le moyen de destruction le plus pratique, on peut, dans le cas d'un terrain couvert d'herbe à poux, raser régulièrement au sol les indésirables. De cette façon, on empêchera de donner libre cours à leur floraison si dévastatrice. Si toutefois on ne peut en venir à bout, les services de professionnels pourront sans aucun doute sauver un terrain infesté.

Pour en savoir davantage sur l'herbe à poux, communiquez avec l'Association pulmonaire du Québec au 1 800 295-8111 poste 232

Les mauvaises herbes

Fiche écologique

Berce du caucase

Attention : plante toxique

La Ville de Saint-Lazare souhaite sensibiliser ses résidents au danger d’une plante toxique qui gagne de plus en plus de terrain au Québec et qui peut causer des brûlures sévères une fois la sève sur votre peau et celle-ci exposée au soleil : la berce du Caucase. Elle demande à ses résidents d’en signaler la présence.

Selon le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la faune et des Parcs, la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) a été introduite sur le continent américain pour des raisons horticoles et répertoriée pour la première fois au Québec en 1990. Au Québec, elle est une plante exotique envahissante. Sa sève contient des toxines. Ces dernières sont activées par la lumière et rendent la peau extrêmement sensible au soleil, causant des dommages aux cellules cutanées superficielles (lésions apparentées à des brûlures, douloureuses et parfois graves).

Pour signaler la présence de la berce du Caucase, contactez le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la faune et des Parcs (MDDEFP)

D’autres liens (photos) décrivant la plante :
www.saanich.ca

ohioline.osu.edu

Herbe à puce

Bien l'identifier pour mieux l'éviter !

Si vous avez déjà eu une réaction à l'herbe à puce (Toxicodendron radicans), vous avez sans aucun doute appris à l'identifier. L'inflammation douloureuse causée par l'herbe à puce n'est pas une expérience que l'on veut revivre. L'urushiol, un composé huileux trouvé dans toutes les parties de la plante, déclenche une réaction allergique chez 85 % de la population.

Bien que vous ne soyez pas présentement allergique à l'urushiol, il est possible que vous y développiez une sensibilité plus tard dans votre vie. Autrement dit, il est préférable d'éviter cette plante autant que possible.

Pour éviter cette plante, il faut, d'abord et avant tout, être capable de l'identifier. La partie la plus visible est son feuillage. Chaque feuille comporte trois folioles. La marge des folioles est généralement lisse et souvent dentée en partie. Les fleurs sont petites et vertes et grandissent à la base des tiges de la feuille. Le fruit est de couleur blanchâtre. La caractéristique la plus contrariante de cette plante est certainement qu'elle rampe et peut couvrir une grande étendue. Généralement, l'herbe à puce favorise les boisés ouverts ou perturbés. On la retrouve souvent au bord d'une forêt ou d'un petit secteur boisé.

Le contact direct avec la plante n'est pas nécessaire pour contracter l'herbe à puce. On peut développer une réaction simplement en caressant un animal qui serait entré en contact avec la plante. Vos vêtements peuvent aussi transférer l'urushiol sur votre peau. Les vêtements qui sont entrés en contact avec l'herbe à puce devraient être lavés immédiatement.

Lavez toute la peau qui serait entrée en contact avec l'herbe à puce. Utilisez un savon sans huile ou allez vous saucer et vous rafraîchir dans un lac!

Si vous êtes un résidant de la Ville de Saint-Lazare et croyez avoir de l'herbe à puce sur votre propriété, veuillez joindre la Ligne verte.

Échange de vivaces


Printemps 2017


L'échange de vivaces se tiendra le mardi 23 mai 2017, à l'occasion de la Journée de l'arbre, au coin du stationnement du Parc Bédard et de la rue Poirier.

  • Dépôt des vivaces à partir de 18 h
  • Échange des vivaces à 19 h
Renseignements : enviro@ville.saint-lazare.qc.ca

 

Ville de Saint-Lazare © 2002-2017
1960, chemin Sainte-Angélique, Saint-Lazare (Québec), J7T 3A3
Téléphone : 450 424-8000


La Ville  ·   Guichet municipal  ·   Quoi faire  ·   Histoire, cartes et stats  ·   Environnement  ·   Transport et voirie  ·   Sécurité publique   ·    Pour nous joindre